Conseils motoPiste et circuit

Améliorer et équiper sa moto de piste

motos-pretes-pour-la-courses

Salut à tous,

Aujourd’hui nous allons nous intéresser à comment mieux équiper sa moto de piste et l’améliorer petit à petit.

Si certains ont le budget pour investir dans une moto de piste déjà toute préparée c’est top, mais il est aussi hyper intéressant d’améliorer sa moto petit à petit, en changeant un élément après l’autre pour mieux comprendre et ressentir les effets de chaque changement (freinage, démultiplication, pneus…).

Avant tout, je considère comme une moto “de piste stock”, à minima une moto équipée de carénages polyesters et dont les feux, la plaque et rétros ont été enlevés.

Avant d’aller toucher aux performances du moteur avec une reprogrammation ou acheter un amortisseur Ohlins “delamortquitue” assez coûteux, il y a de l’équipement plus abordable qui va te permettre d’amorcer la transformation de ta moto de piste d’origine en moto de course.  😉

Tout d’abord, les pneumatiques, j’avais déjà abordé le sujet dans l’article “Tout savoir sur les pneus et la piste” mais l’importance de chausser sa monture de pneus prévus pour la piste (sans forcément aller jusqu’aux pneus slicks) est primordiale !

Tu auras un bien meilleur grip (lors des accélérations et prises d’angle), un temps de chauffe plus rapide, un feeling plus rassurant et un retour d’information qui met également plus en confiance pour progresser.

Le freinage

  • Durites avia

Les durites de type aviation sont des durites de frein entourées d’une gaine tressée en métal qui permettent d’éviter la dilatation des durites, comme cela est le cas sur les versions d’origine en caoutchouc, avec la pression et l’échauffement lié au freinage. Elles t’éviteront d’avoir un freinage spongieux et une perte de garde du levier de frein après quelques tours de piste. Les modèles de motos récentes en sont maintenant équipés d’origine mais sur encore bon nombre de modèles plus anciens elles méritent d’être changées ! En plus ce n’est pas un gros investissement alors surtout ne pas s’en priver !

  • Plaquettes

 Les plaquettes “racing” (du style Brembo SC, EBC HH Extrême ou Carbone Lorraine XBK5) supportent bien mieux les hautes températures lors de gros freinages sur circuit. Elles te permettront d’avoir une bien meilleure puissance de freinage ainsi qu’un meilleur feeling tout en ayant une durée de vie bien plus élevée que des plaquettes “routières”. Attention, plus on va vers des modèles de plaquettes “racing” plus elles fonctionnent à températures élevées (donc à éviter à tout prix pour une utilisation routière). Certaines sont d’ailleurs à éviter par temps froid ou pluvieux tant elles sont faites pour servir à chaud, comme les Brembo RC par exemple.

  • Liquide de frein

 Le liquide de frein perd de son efficacité au fil du temps et des kilomètres car il absorbe l’humidité ambiante. En chauffant durant les freinages, le liquide peut être porté à ébullition. Le liquide de frein dégage alors des vapeurs d’eau qui dénaturent la structure du liquide de frein et altèrent ce dernier.

Une fois que tu as changé tes durites et plaquettes il est donc important de mettre du liquide de frein qui lui aussi résiste aux hautes températures (Dot 5.1 ou RBF600). Cependant la durée d’efficacité des ces liquides de frein est plus faible et nécessite des purges plus fréquentes. Aussi, une fois le bidon ouvert, il ne se conservera pas très longtemps, 1 an au maximum !

Les commandes reculées

 Elles viendront se monter à la place de tes platines et repose-pieds d’origine et même si elles n’améliorent pas directement les performances elles apportent pour moi 3 avantages considérables :

  • La position

Tu pourras mieux ajuster la position de tes pieds car elles offrent plusieurs possibilités de réglage. En fonction de la longueur de tes jambes, de ta préférence à être basculé plus sur l’avant de la moto, etc… Et quand on se sent mieux et plus confortable sur sa moto, on envoie plus. 😉

  • La garde au sol

 On appelle la “garde au sol” la distance qu’il y a entre tes cale-pieds et le sol. Plus cette distance est réduite, plus vite tu toucheras les cale-pieds lors de la prise d’angle, et ça, crois moi ce n’est vraiment pas très rassurant. En plus de faire des étincelles cela t’empêche de prendre trop d’angle (donc passer vite en virage) et tu risques de chuter en déséquilibrant ta moto. Si les sportives modernes possèdent d’origine une garde au sol assez haute, pour bon nombre d’autres machines les commandes reculées permettent de grappiller de précieux centimètres de marge !

  • La solidité

 Les commandes reculées sont en général taillées dans la masse et beaucoup BEAUCOUP plus solides que les platines d’origine. Et comme en cas de chute et de glissade c’est un des premiers éléments qui est abîmé, c’est mieux d’avoir du costaud qui ne plie pas ! Les embouts (sélecteur et frein arrière) et cale-pieds quant à eux, sont en général (selon les marques) vendus en pièces détachées pour une bouchée de pain, bien pratique pour ne pas avoir à tout racheter en cas de chute !

Démultiplication

En entend souvent les pistards dire “j’ai changé ma démultiplication par un -1 /+2” (PSB/couronne) mais qu’est ce que ça veut dire exactement ? (PSB = pignon de sortie de boite).

La démultiplication, concrètement, c’est le rapport qu’il y a entre la vitesse de rotation de ton moteur et la vitesse de rotation de ta roue. Pour faire varier la démultiplication de ta moto il faut changer le pignon de sortie de boite ainsi que la couronne avec des modèles comportant plus ou moins de dents que l’origine.

D’origine, la démultiplication des motos est souvent trop longue, surtout pour de petits circuits. Rien ne sert de pouvoir monter à 300km/h sur un circuit où la ligne droite te laisse tout juste le temps d’atteindre les 200km/h. En réduisant la démultiplication, tu permets à ton moteur de monter plus vite dans les tours, ce qui a le mérite de te faire utiliser un peu plus le sélecteur de vitesse et t’éviter la tristesse de “faire tout le circuit en 3”.

En pratique, ça va te donner une machine plus réactive à la poignée de gaz mais qui prendra moins d’allonge. Selon la configuration du circuit il est intéressant d’adapter sa démultiplication.
Attention cependant, changer sa démultiplication a une influence sur les compteurs de vitesse et kilométrique qui sont alors faussés, une démultiplication plus petite qu’à l’origine donnera une vitesse au compteur plus élevé que la réalité !

Shifter

Attention, le shifter, sur piste comme sur route, une fois que tu y auras goûté, tu ne pourras plus JAMAIS t’en passer. 🙂

Ce petit boitier qui se branche sur le calculateur de ta moto et qui possède un capteur électronique sur la tige du sélecteur te permet de monter les rapports sans couper les gaz et sans toucher à l’embrayage. Le capteur détecte la pression du pied lors du passage de vitesses et coupe l’injection pendant quelques millisecondes pour que la vitesse puisse passer.

Autant dire, de précieuses secondes gagnées et un confort d’utilisation incomparable ! Certains font même downshift pour un rétrogradage des vitesses dans le même style mais pas toutes les motos ne sont compatibles avec ces modèles.

Note : même avec un shifter sur ta moto, il sera toujours possible de passer les vitesses de manière “classique”, en embrayant.

Les protections de carter

En cas de chute et glissade elles protègeront efficacement tes carters (moteur et embrayage) pour éviter de répandre de l’huile partout sur la piste et de ne plus pouvoir repartir si ton carter est troué…

Préfères les modèles à visser que les modèles à coller avec de la colle silicone haute température. Ils sont plus chers mais plus solides et beaucoup plus faciles à changer.

Voila, une fois que tu as au moins ces équipements sur ta moto, ça devient vraiment du sérieux pour franchir encore des étapes de progression !

Si tu veux aller plus loin dans la préparation de ta moto, tu pourras aussi te pencher du côté de :

  • L’ajout d’un amortisseur de direction, pour éviter les guidonnages
  • La préparation de tes suspensions (fourche et amortisseur arrière)
  • Le remplacement de ton filtre à air d’origine par un “racing” et lavable (à nettoyer régulièrement !)
  • Un changement de ligne d’échappement complète (pour gagner du poids et des chevaux !)
  • Une reprogrammation moteur (surtout si tu as changé ta ligne et ton filtre à air).
Charlotte
Charlotte
Ingénieure en informatique mais surtout motarde passionnée, cavalière, snowboardeuse et très sportive au quotidien! Je suis une hyperactive qui ne s’arrête jamais et ne lâche rien ! J’ai passé mon permis moto sur le tard, en Janvier 2014, et quelques mois après je découvrais la piste par curiosité lors d’une journée loisir avec ma première moto. Il aura suffit d’une fois pour que je devienne accro! Depuis, j’ai progressé participant à de nombreuses journées loisir, stages et coachings sur des circuits découverts partout en France et en Espagne. Pour 2018, j’ai décidé de franchir le pas du monde de la compétition! A travers mes articles je tenterais de te donner un max de conseils et te ferais partager mon expérience de la moto sur piste.
Laisser un commentaire