Conseils motoEntretien moto

Quels pneus pour quel usage de sa moto ?

pneu-moto

Vaste sujet que celui du choix des pneus pour un motard ! L’offre est tellement grande qu’il est facile de s’y perdre. Bien sûr, pour t’éviter la galère de la lecture des multiples comparos pneus, tu pourrais choisir de tout simplement monter les pneus d’origine de ta moto (ceux qui sont vendus avec en sortie de concession) mais attention, le pneu d’origine peut tout simplement ne pas te convenir et c’est là que ça vaut le coup de s’y intéresser car une monte différente peut totalement changer le comportement de ta moto et ton feeling ! Je te propose donc un tour d’horizon des questions à te poser avant l’achat et comment prendre soin de ton pneu.

Les différentes gammes

Déjà, il faut définir ton usage principal, pour cela on va distinguer des grandes familles de pneu qui vont se différencier principalement par leur composition et leurs dessins :

Le pneu route (ou touring, ou GT)

Un pneu routier privilégie la longévité avec une gomme résistante (surtout sur la bande de roulement), une carcasse rigide (mais confortable pour absorber les chocs) et des rainures profondes (pour bien évacuer l’eau). Et les pneus routiers actuels présentent également l’avantage d’être efficaces dès les basses températures : pas besoin de beaucoup de temps de chauffe, le grip est bon dès les premiers kilomètres. L’allié du quotidien et des balades si ton style est plus d’enrouler que de limer les cale-pieds.

Le pneu sport ou hypersport

Il est apprécié pour sa bonne adhérence, sa maniabilité et sa vivacité; autant de qualités requises pour une conduite sportive sur route. Son design permet des changements de trajectoire rapides. Plus tendre, avec une sculpture éparse, le pneu sport monte rapidement en température et te permettra de faire tes premiers tours de roue sur piste… Mais attention,  les pneus sportifs sont en effet conçus pour « performer » dans des conditions précises, avec un suivi très régulier de leur pression et une adaptation aux circonstances (température,  grip) sinon tu risques de voir ton pneu se dégrader très vite ! Et si la météo venait à se gâter avec ce pneu, le peu de rainures qu’il offre te donnera l’impression de faire une prestation dans Holiday on Ice…

Bref, on réfléchit bien à l’usage qu’on va en faire avant d’investir, si tu veux pouvoir partir en road trip et faire face aux différentes conditions météo (sans forcement parler de pluie, mais par exemple une route froide le matin) le pneu « sport-touring » sera bien plus adapté et offrira une meilleure longévité !

Le pneu sport-touring

Destiné à un usage mixte comme son nom l’indique, il s’agit de la catégorie de pneu la plus vendue aujourd’hui. Il présente donc une gomme et une température de fonctionnement intermédiaire entre les deux catégories citées ci-dessus. Il en est de même pour les sculptures, ce pneu en possède moins que le pneu route et plus que le pneu sport. Le pneu du compromis !

Les pneus slick

« Not for highway use », voilà la mention que tu pourras lire sur le flanc du pneu, car ces pneus sont dédiés exclusivement à la piste ! Leurs atouts : un excellent grip surtout lors de la prise d’angle car ils possèdent plus de silice, un composé qui les rendent plus tendres. Ils chauffent et refroidissent très vite et, pour pouvoir utiliser leur potentiel au mieux, l’idéal est d’avoir des couvertures chauffantes. Bien sûr, étant dépourvus de dessins il ne faut absolument pas rouler sur piste en cas de pluie avec des pneus slicks. Il existe pour cela des pneus piste rainurés qui sont des déclinaisons des pneus slicks. Il existe même des versions « WET », pour rouler sur piste séchante ou humide. Pour en savoir plus, je te laisse lire l’article de Charlotte dédié !

Le pneu trail

Un type de pneu qui évolue avec la mode des trails actuelle. Les nouveaux trails sont devenus des routières hautes sur pattes, lourdes et surtout puissantes, ce qui n’est pas sans conséquence sur la durée de vie du pneu. Exit les tétines et autres crampons quand il s’agit de supporter un tel traitement ou d’assurer une bonne stabilité à très hautes vitesses. De fait les nouveaux pneus trail ressemblent de plus en plus à des pneus sport-touring, au point que certains constructeurs ont décliné leur gamme dans des dimensions trails. Et si toutefois tu utilises ton trail sur chemin/piste, tu pourras le monter de pneus « mixtes » qui te permettront d’aller « barouder » sur piste carrossable à condition de dégonfler légèrement de 0,5 à 0,8 bar par rapport à la pression préconisée sur route.

Le pneu cross

Il est pourvu de crampons qui permettent d’adhérer comme il faut à la terre et autres sols moins stables. Certains pneus sont plus adaptés aux sols boueux, d’autres aux surfaces meubles ou intermédiaires voire dures. Ils ne sont pas faits pour une utilisation sur route, d’ailleurs certains d’entre eux ne sont même pas homologués pour cet usage. Ils fonctionnent généralement avec une chambre à air pour assurer l’étanchéité de leur roue à rayons.

Le pneu hiver ?

Et oui, le privilège d’une gomme spéciale dédiée aux conditions froides et à la neige n’est pas réservé uniquement aux 4 roues ! Certes, l’offre est plus grande pour les scooters que pour les motos, mais elle existe. Comme pour les voitures, ces pneus offrent de meilleures performances quand les températures descendent en-dessous de 7°C, avec l’utilisation d’une gomme dont l’élasticité perdure à basses températures afin de maintenir l’adhérence. Achat à considérer si vous ne connaissez pas le mot « hivernage ».

Choisir ses pneus

D’un point de vue objectif, le comportement d’un pneu varie beaucoup selon la température, la pression d’usage, le type de routes, etc.
D’un point de vue subjectif, l’appréciation, le ressenti de ce comportement varie plus encore : selon ton type de moto, ton style de conduite et surtout ton expérience. Il faut dans l’idéal avoir conduit avec différents types de pneus, sur la même moto et si possible sur des motos différentes pour en mesurer les nuances, dans diverses conditions climatiques, conditions de charge, etc. Bref, à ce niveau, c’est un métier et on appelle ça un journaliste-essayeur !

Mais tu n’es pas pour autant condamné à monter les pneus d’origine ! Tant que tu respectes les dimensions de la jante et une certaine logique en restant dans la même gamme que ceux qui étaient montés à l’origine. Il faut rester en accord avec le style de ta moto. Monter sur la roue arrière d’une moto de grand tourisme (lourde…) des pneus à gomme très tendre te permettra juste d’avoir plus de points fidélités chez ton concessionnaire au rythme où tu vas devoir changer de pneus ! Il faut être raisonné et raisonnable, voici donc les questions à se poser pour bien faire ton choix :

L’utilisation

A toi de bien réfléchir à tes besoins ! Si tu fais du cross, du trail ou du supermotard, le choix sera réduit, mais si tu fais de la route avec une conduite parfois sportive, il faut bien réfléchir. Il suffit d’un temps humide et/ou un peu frais (moins de 10-15°C ambiant), d’une pression inadaptée, d’un temps de chauffe insuffisant qui laisse les gommes à moins de 40°C et les pneus sport deviennent beaucoup moins performants, voire moins rassurants que des pneus sport-touring. Sans compter que ces derniers te coûteront bien moins cher, avec une durée de vie de deux à cinq fois supérieure ! Concrètement, dans des conditions idéales (temps chaud et sec, pneu chaud et bien gonflé), un pneu sport-touring moderne sera à peine moins performant qu’un pneu sport dans le cadre d’une conduite « normale » . Et il sera aussi performant dans toutes les autres conditions, voire plus performant par temps froid ou très mouillé.
Le seul moment où le pneu sportif prend vraiment l’avantage, c’est à l’attaque, par temps chaud et sec, avec une bonne pression, sur un revêtement impeccable et… Avec un motard compétent au guidon !
Tu me l’accordes, c’est un ensemble de conditions qui se trouve (très) rarement réuni sur la route… Bref, pour 90% des motards les pneus touring ou sport-touring suffisent amplement !

Le profil du pneu

Dans la même gamme de pneu, chaque manufacturier peut proposer des profils de pneus différents qui peuvent vraiment changer ton ressenti sur la moto. Cela mérite que tu t’y intéresses ! Les profils plus ronds sont plus progressifs à la mise sur l’angle, alors que les profils dits triangulaires ou en V sont plus incisifs à la mise sur l’angle et présentent l’avantage d’avoir plus de surface de contact au sol en courbe donc un peu plus de grip. Le profil triangulaire te donnera donc un meilleur feeling pour une conduite sportive mais n’aura que peu d’intérêt pour faire « moto-boulot-dodo ».

La composition du pneu

Une technologie s’est bien répandue dans le monde du pneu moto : le mélange des gommes en fonction de la localisation sur le pneu. On retrouve souvent un bi-gomme sur le pneu avant et un tri-gomme sur le pneu arrière. L’objectif est d’avoir une gomme plus résistante et/ou plus adaptée aux sols mouillés sur la bande de roulement centrale et une gomme plus tendre sur les flancs. Bref ils sont censés donner plus de polyvalence au pneu. Pratiquement tous les pneus routier (j’entends par là ceux dédiés au bitume) proposent aujourd’hui cette technologie donc ce ne sera vraisemblablement pas un critère de plus pour faire ton choix, mais au moins tu sauras !

Taille du pneu

Si tu veux changer la taille de tes pneus (surtout l’arrière) pour changer le ressenti, je te conseille de regarder dans ton manuel quelles sont les tailles homologuées pour ta moto pour t’éviter des soucis en cas d’accident et ne pas donner à ton assureur une bonne raison de ne pas d’indemniser…

Peut-on mélanger des pneus entre avant et arrière ?

Il n’est pas obligatoire d’avoir le même modèle de pneu sur les deux roues. Si tu dois changer un pneu avant l’autre, ce qui arrive assez souvent pour l’arrière qui s’use plus vite, il est préférable de choisir un pneu de même marque et si possible de même profil. Un autre « panachage » possible, souvent pratiqué sur les motos routières, est d’associer un pneu un peu « sport » à l’avant (pour l’adhérence) avec un pneu « route » à l’arrière (pour la longévité).
Le souci, c’est qu’un pneu sportif ne trouve son adhérence optimale qu’à partir d’une certaine température. Ce type de panachage fonctionne bien si tu fais de la route, mais il est à déconseiller en ville pour de courts trajets, surtout l’hiver. Le pneu sport n’aura pas le temps de chauffer et au lieu de procurer plus d’adhérence, il aura au contraire tendance à glisser. Plus encore sous la pluie car les sculptures des pneus sport sont moins profondes et moins larges que sur les pneus route. Donc c’est possible, mais encore une fois cela dépend de ton utilisation !

L’achat, le montage et les premiers tours de roue

  • Lire les informations sur le flanc

Ton choix est fait ? Que tu les achètes en concession ou via internet, je te conseille de regarder le flanc de ton pneu pour vérifier ce que tu as acheté.

Exemple du Michelin Pilot Road 4 : 180/55 R 17 73 W TL

  • 180 : largeur du pneu
  • 55 : rapport entre la largeur et la hauteur du pneu (ici 55% de 180)
  • R : type de structure du pneu, R pour pneu à structure radial
  • 17 : diamètre intérieur du pneu
  • 73 : indice de charge maximale de 375 kg
  • W : indice de vitesse maximale d’homologation pour une vitesse supérieure ou égale à 270 km/h
  • TL : Tubeless, technologie utilisée sur toutes les motos qui ne présentent pas de roues à rayons.

Et tu pourras également t’intéresser au DOT du pneu qui te renseigne sur sa date de fabrication (suite de 4 chiffres entourés présente sur le flanc). Et oui, ce n’est pas parce que tu achètes un pneu neuf en 2019 que ton concessionnaire ne va pas te monter un pneu de fin 2016 histoire de vider son stock. En soi ce n’est pas un drame si les pneus ont été correctement stockés, mais encore faut-il le savoir !

  • Le montage

Si c’est un professionnel qui s’en occupe, tu ne verras sans doute rien du montage mais ça ne t’empêche pas de faire quelques vérifications à la réception de ta moto. L’erreur est humaine ! Déjà, est-ce que le pneu a été monté dans le bon sens ? Est-ce que ta roue (avant, pour l’arrière il est improbable de se tromper) a été remontée dans le bon sens également (flèche du sens de rotation présente sur la jante et les disques de freins) ? Est-ce que tes roues ont été équilibrées (surtout l’avant afin d’éliminer les vibrations en répartissant le poids de façon homogène sur la jante) ? Est-ce que tes entretoises de roues ont été remises (pas de jeu latéral de tes roues) et est-ce que tes étriers de frein ont été serrés (du vécu… Sortie de concession avec mon étrier de frein arrière pas serré suite à un changement de pneu… Il est venu se coincer dans ma roue arrière quelques kilomètres après !). Tu peux même vérifier la pression des pneus (attention, les pressions préconisées ne sont pas les mêmes à chaud et à froid).

  • Rodage des pneus neufs

Si tu as déjà changé de pneu, j’imagine que tu as déjà connu cette petite glisse à l’accélération et cette désagréable sensation de perte de contrôle qui a pour conséquence un raidissement total de ton corps (et un juron dans le casque…). Et oui, les pneus neufs glissent et il faut les roder ! La raison : la couche de paraffine présente sur ton pneu neuf qui a servi d’agent de démoulage de ton pneu lors de sa fabrication (certains fabricants comme Bridgestone n’utilisent plus de paraffine pour limiter le risque de perte d’adhérence).

Alors qu’elle conduite et attitude adopter pour bien roder son pneu ?

Tout d’abord, si tu changes pour un train complet de pneus, il est possible que tu aies laissé ta moto avec des pneus usés et possédant un plat pour retrouver une moto avec des pneus neufs, au profil autrement plus arrondi et qui vont réellement changer le comportement : gain en maniabilité à basse vitesse, direction plus légère… Sensation de conduire une toute autre moto garantie ! Il va donc déjà falloir que tu retrouves tes marques car tu auras sans doute l’impression de « tomber » en virages !

Ensuite, soyons clairs : la couche sur la bande de roulement part très vite, juste le temps que le pneu chauffe, au bout de quelques centaines de mètres l’été, de 5 à 10 kilomètres l’hiver ou par temps de pluie. Mais c’est seulement sur la bande de roulement ! Sur les flancs, il faut bien plus longtemps pour roder le pneu. Il faut t’obliger à faire une mise sur l’angle progressive. Au fil des kilomètres, avec la montée en température des pneumatiques tu pourras peu à peu incliner davantage ta moto. Il te faut donc adopter une conduite souple et coulée, rouler sur la chaussée sèche comme si elle était mouillée. Si elle est réellement humide, redouble de prudence et maudit la météo ! Et si tu fais un petit trajet pour revenir du garage et laisse la moto jusqu’au week-end suivant, souviens toi bien en la reprenant que les pneus ne se seront pas rodés tout seuls, repart donc cool pour tes premiers kilomètres !

Comment assurer sa longévité

Plusieurs facteurs sont à prendre en considération et peuvent influer sur la durée de vie de ton pneu :

  • La pression du pneu, avec jusqu’à 1000 km d’écart de longévité possible entre un pneu bien gonflé et un pneu sous-gonflé de 15%
  • La charge, plus tu es chargé, plus il va être contraint et donc s’user
  • La vitesse de conduite moyenne, plus tu roules vite, plus le pneu va s’user
  • Le freinage, en puissance comme en fréquence. Les freinages de trappeur sont à éviter…
  • Le type de route, une route de montage avec des relances constantes en sortie de virages mettra plus à mal ton pneu que de la route en plaine
  • La température ambiante (la chaleur augmente l’effet d’oxydation de la gomme)
  • Le type de revêtement, un goudron lisse usera moins ton pneu qu’un goudron rugueux.

Bref, beaucoup de facteurs sur lesquels tu as peu d’emprise, mais finalement un facteur essentiel que tu peux maitriser : la pression de tes pneus !! Pense à la vérifier très régulièrement (pas juste à la sortie de l’hivernage, mais au moins toutes les 2-3 sorties). Une pression des pneus trop basse est synonyme de surconsommation d’énergie et d’usure accélérée des pneus. Mais surtout elle ne garantit plus la tenue de route.

Pense également à adapter ta pression si tu es chargé, comme en duo par exemple ! Il te faudra alors augmenter ta pression de 0,2-0,3 bar à l’avant et l’arrière.

Comment mesurer l’usure des pneus moto et quand les changer ?

Pour ta sécurité, un pneu doit être régulièrement vérifié. Un pneu en bon état présente une surface nette, il ne doit pas être craquelé ni déformé. L’usure se vérifie facilement grâce aux témoins, mais attention, si tu as une conduite sportive principalement sur route sinueuse, les flancs de tes pneus seront peut être usés alors que la bande de roulement sera comme neuve ! Si les sculptures des flancs sont inférieures à 1 mm, il va falloir les changer. Au-delà d’être dangereux pour toi, cela représente une infraction au code de la route.

Comment stocker un pneu ? Et pendant combien de temps ?

Si tu es amené à stocker un pneu, sache qu’il y a quelques règles à respecter. Il doit se trouver dans une pièce tempérée (plus de 10°C), à l’abri du soleil et des intempéries. L’idéal est de l’emballer dans du film d’emballage souple (noir si possible). Il faut aussi éviter qu’un plat se forme sur le pneu à l’endroit de son point de contact avec le sol s’il est stocké à la verticale, donc pense à le tourner de temps en temps. Même stocké convenablement, un pneu se dessèche et finit par se craqueler en surface, ça n’arrive pas en quelques mois rassure-toi, mais un pneu de plus de 5 ans même stocké convenablement risque de s’être desséché et de perdre ses caractéristiques. On n’hésite donc pas dans ce cas là et on change !

En espérant que cet article t’aide à chausser ta belle de la paire idéale !

Lucile
Lucile
Passionnée de 2 roues depuis ma plus tendre enfance, j’ai passé mon permis gros cube à 21 ans et écumé les routes de ma Haute-Savoie natale et alentours pendant plus de 10 ans avant de me résoudre à un constat réaliste : essayer de prendre les points de corde sur route est un jeu dangereux pour lequel les cartes "chance" distribuées sont limitées... C’est ainsi que je me suis retrouvée sur piste en 2013 avec mon conjoint lui aussi passionné ! Et autant vous dire que le virus a vite pris et c'est même transformé en passion commune !!! Aujourd’hui ma pratique de la moto se limite à la piste en roulages libres et également compétitions, tout en restant une adepte du 2 roues pour les déplacements pro… Mais en scooter ! A travers mes articles, je tacherai donc de mettre à profit mes compétences de professeur (mon métier) et de motarde/pistarde au service d’articles variés pour te partager mes expériences, connaissances, conseils et astuces !
Laisser un commentaire