Conseils motoPiste et circuit

Quelle moto pour la piste ?

banniere-quelle-moto-pour-la-piste

Si tu envisages de te mettre sérieusement à la piste, il est peut-être judicieux de te trouver une moto dédiée à cela afin, par exemple, d’avoir une bécane plus adaptée à cette discipline et de ne pas risquer d’abimer ta moto de route de tous les jours. Alors lis moi jusqu’au bout pour avoir quelques idées sur le modèle à chercher sur le bon coin !

L’idée de cet article est de passer en revue et de présenter quelques modèles testés et approuvés par de nombreux pistards pour te permettre de progresser dans de bonnes conditions.

Globalement, ton choix va dépendre de 3 critères :

  • Ton budget,
  • Ton niveau,
  • D’un coup de cœur, parce qu’en moto on est pas toujours raisonnables et on le sait 🙂

Pour débuter, il faut favoriser les motos faciles et raisonnables et éviter les engins de puissance démesurée, car la puissance n’est rien sans maîtrise ! Plus la cylindrée est importante, plus l’inertie des pièces en mouvement dans le moteur réduisent la maniabilité. Le mieux est donc de commencer avec une machine légère et agile, facile à mettre sur l’angle. Aussi, privilégie les machines qui ont eu du succès commercial aux machines exotiques, certes peut-être plus originales et exclusives mais dont le prix et la disponibilité des pièces d’occasion en cas de chute te fera regretter ton choix.

Il y a donc plusieurs options pour le choix d’une machine de piste :

 

  • Un roadster

C’est l’idéal pour les petits budgets et facile à prendre en main. Ce sont des motos permissives qui tolèreront facilement certaines de tes erreurs d’apprenti pistard.

Voici quelques modèles roadster tout à fait adaptés à la piste :

  • CB 500 : classique, pas chère, pièces faciles à trouver mais petit moteur
  • ER6-N : saine, maniable, moteur bi-cylindre très sympa, nombreuses pièces aussi
  • Suzuki SV 600 : bi-cylindre également avec plus de caractère, existe en version “S” carénée et avec guidon bracelet
  • MT-07 : gros fun en prévision, très bon freinage
  • Street Triple 675 : un des meilleurs roadsters pour moi (et je ne te dis pas ça que parce que j’en ai une dans le garage ;)), moteur 3 cylindres, châssis, freinage, tout est top
  • GSR 750 : cylindrée plus grosse que les autres, plus de couple
  • KTM Duke 690 : monocylindre, pour les adeptes des roues arrière. 😉 Un peu plus chère.

Les roadsters, avec leur garde au sol plus basse, te forceront à travailler ta position et ton déhanché au début, ce qui est une très bonne chose ! Il faut surveiller de choisir un modèle roadster avec un châssis équilibré et plutôt stable et des amortisseurs corrects, je te déconseille les Kawazaki “Z” par exemple…

 

  • Une sportive 600

 

La position et la rigidité font toute la différence par rapport aux roadsters. Elles ont en général plus de puissance moteur et sont plus légères. Elles te permettent de passer à la vitesse supérieure pour faire tomber les chronos. Il te faudra un petit temps d’adaptation mais elles sont en général assez intuitives et mettent rapidement en confiance. Attention cependant à l’excès de confiance lors du passage à la sportive qui pourrait te jouer des tours !

Quelques bons modèles répandus :

  • Suzuki GSXR 600 : la sportive “confortable”, douce et tolérante
  • Kawasaki ZX6R ou 636 : super train avant, moteur avec plus de caractère
  • Honda CBR 600 : fiable, on trouve des pièces partout, moteur plutôt linéaire
  • Yamaha R6 : une référence pour son moteur (le plus puissant mais creux à bas régimes) et sa partie cycle
  • Triumph Daytona : super moteur 3 cylindres plus coupleux que toutes les autres, châssis rigide et plus exclusif mais pièces plus chères aussi

L’avantage de la sportive 600 par rapport à une 1000 est sa maniabilité. Elle sera plus facile à emmener et on se fera moins surprendre par la puissance. L’inconvénient est le moteur qui est la plupart du temps assez creux à bas régime, il faudra donc jongler avec les vitesses pour pouvoir rester haut dans les tours et profiter de la puissance.

Les sportives 600 peuvent prendre tout autant d’angle que les sportives 1000 (avec de bons pneus bien sûr).

 

  • Une sportive 1000

Je conseille cette option uniquement à ceux qui ont déjà bien l’habitude de conduire en 1000 et qui en maîtrisent la puissance. Dans le cas contraire il sera facile de se faire de belles frayeurs sur piste et ce n’est pas le but, il faut chercher à se mettre en confiance pour progresser.

De plus, pas mal de “petits” circuits ne sont pas spécialement adaptés aux grosses cylindrées où elles y seront moins maniables et plus physiques !

Si toutes les conditions sont réunies alors fait toi plaisir avec une 1000, peu importe la marque, l’année et les options. Les modèles les plus récents embarquent de l’électronique qui améliore la sécurité : “traction contrôle” notamment pour éviter les glisses de l’arrière en sortie de virage ! Les tout derniers modèles de 1000 ont fait de beaux progrès au niveau agilité et ressemblent maintenant quasiment aux 600, le meilleur des deux mondes !

Tu pourras trouver des machines dédiées à la piste d’occasion pour tous les budgets avec plus ou moins d’équipement. Je te détaillerais les équipements les plus utiles avec lesquels équiper ta machine sur piste dans un prochain article. 😉

L’ABS, la fausse bonne idée sur circuit

Si l’efficacité de l’ABS n’est plus à démontrer sur route, il n’en est pas de même sur piste. Sur route il permet de palier aux aléas de la qualité du bitume mais sur piste tu sais ou tu mets tes roues !

S’il se déclenche trop tôt il va rallonger les distances de freinage et te faire risquer de tirer tout droit dans le bac à gravier ou la voie de dégagement. Avec des pneus adaptés et à la bonne pression, le risque de bloquer l’avant est trèèèèès loin ! Avant d’y arriver, ta roue arrière balayera tellement la piste que ça calmera tes ardeurs optimistes naturellement. 😉

Alors essaie de trouver un modèle sans ABS ou déconnectable !

Charlotte
Charlotte
Ingénieure en informatique mais surtout motarde passionnée, cavalière, snowboardeuse et très sportive au quotidien! Je suis une hyperactive qui ne s’arrête jamais et ne lâche rien ! J’ai passé mon permis moto sur le tard, en Janvier 2014, et quelques mois après je découvrais la piste par curiosité lors d’une journée loisir avec ma première moto. Il aura suffit d’une fois pour que je devienne accro! Depuis, j’ai progressé participant à de nombreuses journées loisir, stages et coachings sur des circuits découverts partout en France et en Espagne. Pour 2018, j’ai décidé de franchir le pas du monde de la compétition! A travers mes articles je tenterais de te donner un max de conseils et te ferais partager mon expérience de la moto sur piste.
Laisser un commentaire