sa-boite-a-outil-moto-cover

Tout passionné de moto aime conduire son bolide. Mais pour beaucoup, cette passion passe aussi par le fait de pouvoir la bichonner, l’entretenir, la régler ou la réparer au besoin.

Qu’il s’agisse de faire des économies, d’apprendre quelques notions de mécanique ou de se sortir d’une urgence, s’occuper soi même de sa meule est une excellente idée.

Il est toujours possible de confier son deux-roues à un professionnel, mais bon nombre des travaux à réaliser sont accessibles à tout le monde. Et ici ton meilleur ami sera ta boîte à outils, ou plutôt les outils que tu auras mis dedans. Dans l’outillage, on peut aller très loin si on a les moyens et de la place mais le motard de base aura surtout besoin de deux types de boîtes à outils. Celle bien fournie qu’il garde dans son garage et la petite trousse qu’il emmènera lors de tous ses déplacements en moto. Je vais essayer de te donner un maximum de conseils pour que tu te constitues tes propres trousses et boîtes à outils. Le choix d’outils que je fais relève de ma propre expérience et des besoins que j’ai pu avoir, n’hésite pas à ajouter des éléments supplémentaires si tu en ressens le besoin !

Qualité des outils

Avant tout il est nécessaire de préciser que la qualité de tes outils est très importante. Du mauvais matériel risque de te rester dans les mains en se cassant ou d’endommager ta moto en abimant les pas de vis par exemple. Je déconseille d’acheter des outils premier prix qui sauront te dépanner au début  mais auront une durée de vie limitée et une efficacité relative. Il existe de nombreuses marques de qualité : Facom, Stanley, Dewalt, Bosch, Beta … Tu auras l’embarras du choix.

Composition de ta trousse à outils

La petite trousse à outils que l’on peut ranger sous la selle ou dans un sac à dos peut relever de l’élément de survie. Il serait presque impossible de relever toutes les péripéties et pannes qu’un motard en vadrouille pourrait subir, néanmoins quelques outils bien choisis peuvent te sortir de bien des situations… Et pour constituer ta trousse, il convient de te demander quels seront tes besoins. Le plus souvent, le motard loin de chez lui aura soit besoin de régler un élément de sa moto soit d’en réparer un autre. La plupart des motos japonaises sont livrées avec une trousse à outils d’origine mais celle-ci n’est pas forcément adaptée. Typiquement elles comprennent souvent une clé à bougie, ce que tu auras rarement besoin de changer sur le bord de la route…

Côté réglages, tu auras certainement envie de jouer un peu avec tes réglages de suspension, auquel cas un petit tournevis plat sera ton meilleur ami. Tu peux aussi avoir besoin de toucher à la tension de ta chaîne, et celle ci te demandera deux clés plates. A toi de vérifier la taille de clé correspondant à ta moto mais souvent ça tourne autour du 12 ou 14mm.

Concernant d’éventuels réparations d’urgence, on retrouve souvent des éléments qui se dévissent, d’autres qui se coincent ou des problèmes électriques. Il m’est par exemple déjà arrivé de perdre ma barre de sélecteur de vitesse qui s’était dévissée ou une chicane de pot d’échappement… La tuile ! Dans tous les cas, que ce soit pour re visser ton rétroviseur qui est en train de se faire la malle ou pour démonter ta selle et aller vérifier l’état de tes fusibles, tu auras absolument besoin de quoi visser et dévisser… A toi d’adapter selon les pas de vis utilisés sur ta moto mais tu auras normalement besoin d’un tournevis cruciforme, de clés allen (aussi appelées clés mâle 6 pans, clés BTR ou clés hexagonales) et clés plates. L’idéal serait de se munir d’un petit coffret de clés à cliquet avec un jeu de douilles, embouts cruciformes, plats et hexagonals. Il en existe des très compactes et bien fournis en embouts.

Pour compléter cette trousse, il est intéressant que tu y ajoutes des pinces, une petite pince coupante ainsi qu’une pince multiprise (ou becro) feront l’affaire. Tu peux aussi rajouter quelques colliers de serrage en plastique (aussi appelés rislan, serre câble ou serflex), un peu de ruban adhésif et quelques fusibles. Il est toujours possible de rajouter des éléments, mais tu vas vite te retrouver sur un problème de volume d’outils à emmener. Et fort heureusement pour tout le reste, tu pourras te constituer une super boîte à outils !

Composition de ta boîte à outils

Là tu vas pouvoir te faire plaisir. Et parce qu’elle ne te servira pas uniquement à réparer ton deux-roues mais aussi à faire son entretien, tu pourras y ranger tout un tas d’outils spécifiques. Plein d’opérations sont à la portée de tous. Je pense notamment à la vidange, au changement des plaquettes, au nettoyage et la tension de la chaîne, au changement du filtre à air, du liquide de frein ou de refroidissement et pour les plus courageux, aller jusqu’à installer un shifter ou changer un pignon de sortie de boîte de vitesses. Tout cela est possible du moment que l’on y met de la bonne volonté, un peu de temps et que l’on utilise des outils adaptés.

Des clés, des pinces et plus encore

Au même titre que pour la trousse à outils, tu auras besoin de tournevis, plats et cruciformes, de clés plates mixtes (en tailles de 8 à 17mm au moins) , de clés à douilles (en tailles 8 à 17mm au minimum, tu peux aller jusqu’à 32 voire 36 si tu veux dévisser tes axes de roue) et de clés allen (en tailles de 4 à 8mm). Un coffret de clés à cliquet bien fourni est ici aussi bien pratique et tu pourras te permettre d’en prendre un bien plus volumineux que la version compacte qui rentre sous ta selle. Tu peux aussi rajouter une clé anglaise, c’est toujours utile.

Côté pinces, la pince coupante, la pince universelle, la pince multiprise et la pince étau feront des merveilles. Du fil à freiner avec sa pince, idéal pour freiner certains éléments tels que tes poignées qui se barrent petit à petit de ton guidon.

J’ajouterais aussi un marteau, une scie à métaux et un cutter pour tout ce qui est intervention demandant de la délicatesse 🙂

Tu auras aussi besoin d’une clé essentielle au bon serrage de toute la visserie de ta moto : la clé dynamométrique. Cette clé te permet de choisir un couple de serrage et prévient son utilisateur s’il applique trop de force. Idéal pour ne pas casser certaines petites vis en serrant trop fort ainsi que pour garantir que tes étriers ou tes roues sont correctement serrées. Le couple de serrage s’exprime en Newton mètre (Nm). Tu trouveras les couples de serrage des éléments de ton véhicule sur sa notice technique.

Il y a aussi plusieurs clés ou pinces un peu plus spécifiques que tu pourras ajouter à ton attirail selon tes besoins. Je pense notamment à une clé à filtre à huile, une clé à bougie, une pince à circlips, une pince à pistons d’étriers.

Partie électrique

Ici l’outil le plus important est le multimètre. Ce petit boitier permettant de mesurer la tension de ta batterie ou si ton alternateur la recharge correctement te sera d’une grande aide.

A propos de la batterie, un chargeur peut aussi s’avérer une bonne chose à avoir sous la main. On s’est tous déjà fait avoir à la sortie de l’hiver avec une batterie à plat. Et comme pour la trousse à outils, je t’invite à te munir d’un petit stock de fusibles.

Les produits

Il est bien connu que le meilleur ami du mécano n’est autre que ce bon vieux WD40. Un dégrippant très efficace et indispensable. Tu auras aussi certainement besoin d’un dégraissant tel que du nettoyant frein ou de l’acétone. Mais attention avec l’acétone, il ne faut pas l’utiliser sur les peintures et encore moins sur du plastique transparent (le meilleur moyen d’abimer une bulle). On utilise d’ailleurs souvent de l’acétone pour enlever de la colle mais je te conseille plutôt l’essence F qui ne rayera pas tes carénages ou ta bulle. Pour ce qui est de la lubrification, de la graisse d’atelier te servira sur toutes les pièces en mouvement. Concernant la chaîne, du lubrifiant spécifique pour la graisser régulièrement ou du lubrifiant sec comme le WD40 au PTFE (teflon) pour un entretien moins régulier (et surtout beaucoup moins de projections de graisses). Et si tu as besoin de freiner ta visserie, du frein filet comme de la loctite bleue te permettra d’arrêter de semer des boulons sur la route.

Le reste

Dans les inclassables, on va retrouver le pied à coulisse, très utile pour mesurer la taille de ta visserie ou des boulons. Il te faudra aussi te munir de scotch américain, alias “duct tape”, qui saura t’aider à presque tout réparer. Des colliers de serrage en plastique seront aussi bien pratique ainsi qu’une lampe d’atelier ou une lampe frontale pour y voir un peu plus clair. J’irais jusqu’à rajouter des petites durites si tu souhaite faire la purge de tes freins.

Pour finir

Tu l’auras compris, hormis quelques outils de base, il est surtout important de composer ta boîte à outils en fonction des interventions que tu souhaites faire. Retiens surtout qu’il est important d’utiliser des outils de qualité et qu’il est tout à fait possible pour n’importe qui de réaliser l’entretien basique de son deux-roues. Tu as juste besoin de bons outils, et de chercher un peu sur internet comment faire ou de demander des conseils autour de toi. La communauté motarde est toujours prête à aider un camarade qui se lance dans la mécanique alors n’hésite pas !

Bastien
Bastien
Je roule en deux-roues depuis bientôt 10 ans, d’abord sur les routes de ma Franche Comté natale puis sur celles de la région d’Aix-en-Provence où je vis depuis 2012. C'est au détour du meilleur cadeau d'anniversaire de tous les temps que j'ai découvert la piste et que j'en suis devenu accro ! Après avoir progressé suite à des dizaines de journées de roulage, des coachings et des baptêmes, j’ai décidé de me lancer dans la compétition pour la saison 2019. Ingénieur en informatique dans la vie de tous les jours, mais aussi boxeur, snowboardeur, peintre, fasciné par la photographie et l’astronomie, je suis avant tout un motard qui aime relever les défis. Et c’est par l’intermédiaire de mes articles que je compte vous transmettre des astuces, conseils, tutos et partager avec vous les expériences du motard et pistard que je suis.
Laisser un commentaire