Conseils motoPiste et circuit

Faut-il investir dans un chrono ?

chrono-starlane-investir-dans-un-chrono-pour-la-piste

Hello à tous les pistards !

Aujourd’hui on se pose la question de l’utilité d’investir dans un chrono et si oui, de quel type.
Pour un pistard, le chrono c’est le juge de paix. C’est celui qui met tout le monde d’accord !

Soyons honnêtes, lors de tes premières journées de roulage sur piste ce n’est pas vraiment utile, tu auras des tas d’autres choses sur lesquelles te concentrer avant d’essayer de gagner des secondes au tour ! Mais au bout d’un moment, on a envie de situer un peu son niveau, par rapport aux copains, entre 2 journée piste, et d’évaluer sa progression tout au long de la journée…

Attention, rouler vite ne veut pas forcément dire rouler bien et si tu brûles les étapes d’apprentissage de la technique ça coincera un jour ou l’autre niveau chrono pour progresser !

Encore plus intéressant que le simple chronomètre : l’acquisition de données. Elle te permet d’enregistrer tout un tas d’informations utiles (en plus du chrono) lors de tes sessions : vitesse, positions GPS pour étudier la trajectoire, angle, accélération, freinage… Car connaître son chrono c’est bien, mais comprendre où il y a le plus à progresser pour l’améliorer c’est encore mieux !

Il existe plusieurs solutions de chronométrage et systèmes d’acquisition de données qui sont plus ou moins chères et plus ou moins précises. 🙂

Passons les en revue dans l’ordre de budget, du moins cher au plus onéreux :

 

  • Le pote en bord de piste

Tu l’amènes avec toi lors d’une journée piste, tu lui payes le repas et équipé d’un chronomètre de type “prof de sport”, il te prend les temps au tour pendant tes sessions.

Avantages : pas cher, voire gratuit.
Inconvénients : peu précis, surtout si ton pote n’est pas attentif il peut confondre ta moto avec une autre ou rater un de tes passages. 😉

 

  • L’application RaceChrono

A installer sur ton smartphone, elle utilise le GPS de ton téléphone pour calculer tes positions et tes temps. Il est possible d’installer, via un support VTT adapté, ton téléphone sur ta moto pour avoir les temps directement en roulant.

Avantages : gratuite sous Android, bien faite, simple d’utilisation elle comporte plein d’infos hyper utiles. Elle permet de rejouer la session, de comparer 2 tours et d’afficher les courbes des données.
Inconvénients : sur IOS, uniquement la version RaceChrono Pro est dispo et payante (19,99€). Le GPS du téléphone est peu précis.

 

  • L’application RaceChrono améliorée d’un récepteur GPS externe

Pour une petite centaine d’euros (voire moins si tu trouves d’occasion), tu peux investir dans un récepteur GPS externe qui se couple avec ton téléphone en Bluetooth et qui améliore grandement la qualité des données d’acquisition de RaceChrono (la fréquence d’acquisition GPS est de 10Htz pour le récepteur contre 1Htz pour le téléphone).

Avantages : devient aussi précis qu’un autre système de chronométrage pour beaucoup moins cher. Possibilité d’intégrer les données à une vidéo style GoPro avec la version Racechrono Pro.
Inconvénients : il faut s’assurer de la compatibilité de ton récepteur Bluetooth avec ton téléphone et RaceChrono. Pensez à recharger le récepteur de temps en temps !

 

  • Le chronomètre embarqué

Du type Alfano ADSGPS ou Starlane Stealth GPS-4, ils possèdent un écran pour avoir les temps en direct et se branchent sur la batterie de ta moto. Ils sont dotés également d’un récepteur GPS (les plus anciens étaient à bande magnétique).

Avantages : précis, écran plus ou moins discret selon les modèles. Certains modèles permettent de télécharger les données sur un PC. Autonome niveau batterie puisque branché sur la batterie de la moto.
Inconvénients : plus cher (300€ minimum neuf). Il faut équiper la moto de tout le système. Certains modèles ne permettent pas de récupérer le tracé GPS.

 

  • La Vidéo

Cela peut paraître stupide au premier abord mais si tu filmes tes sessions d’entrainement avec une caméra de sport type GoPro, tu pourras aussi calculer les temps effectués pour chaque tour !

Avantages : tu peux aussi corriger tes trajectoires, position, etc… Avec la vidéo !
Inconvénients : il faut mettre les vidéos sur un PC et faire le calcul à chaque tour en prenant le même point de repère, c’est fastidieux.

 

  • Le 3DMS

Avec ce produit fait par une entreprise française (Rider’s E-novation), on entre dans l’entrée de gamme de l’acquisition de données, avec possibilité de télécharger les données sur un PC via Bluetooth et de les exploiter via un logiciel. Également autonome en batterie et basé sur les acquisitions d’un boitier GPS.

Avantages : équipé d’un gyroscope et d’un accéléromètre, il enregistre aussi l’angle de la moto. Il permet également d’incruster des données sur une vidéo de type GoPro.
Inconvénients : écran en option.

 

  • L’acquisition de données 

Ces systèmes électroniques existent depuis un paquet d’années. D’abord utilisés en F1 puis ensuite en MotoGP, ils étaient, au début, pas particulièrement appréciés des pilotes qui les considéraient comme des mouchards. Mais ils ont fini par admettre que ces systèmes étaient de véritables alliés. Au début des années 90, la majorité des teams en étaient équipés, toutes cylindrées confondues. Depuis, le matériel a considérablement évolué au niveau poids, encombrement, fiabilité et surtout convivialité des applications permettant d’analyser les données.

Aujourd’hui, il existe bon nombre de fabricants mais les références restent les mêmes :

  • 2D (Allemagne) qui sont les seuls à avoir misé sur la moto dès le départ. Ils proposent du matériel miniaturisé, fiable et hyper léger mais très, très cher.
  • AIM (Italie) qui proposent de bons capteurs et afficheurs avec un bon rapport qualité/prix. Très utilisés en auto (formule Renault), Karting et petit à petit en moto.

Les systèmes proposent plusieurs capteurs à brancher sur la moto pour avoir des infos au niveau moteur (capteurs de température à différents endroits, pression, détonation…) ou partie cycle : suspensions (vitesse d’enfoncement et course), pression sur le levier de frein, ouverture des gaz, gyroscope, accéléromètre…

Avantages : hyper complets, ils permettent de régler les motos finement en fonction des retours d’information des capteurs, et aux pilotes de travailler dans le détail leur pilotage.
Inconvénients : très (voire très très) chers. Plus complexes à installer sur la moto. C’est du matériel destiné aux professionnels (ou aux gens fortunés et passionnés par le sujet).

Avant tout sur piste, il faut savoir se faire plaisir, ce qui passe aussi de temps en temps par éteindre son chronomètre et rouler en se concentrant uniquement sur ses sensations. 🙂

Maintenant que tu sais tout, alors gazzzz et claque de belles pendules !

Charlotte
Charlotte
Ingénieure en informatique mais surtout motarde passionnée, cavalière, snowboardeuse et très sportive au quotidien! Je suis une hyperactive qui ne s’arrête jamais et ne lâche rien ! J’ai passé mon permis moto sur le tard, en Janvier 2014, et quelques mois après je découvrais la piste par curiosité lors d’une journée loisir avec ma première moto. Il aura suffit d’une fois pour que je devienne accro! Depuis, j’ai progressé participant à de nombreuses journées loisir, stages et coachings sur des circuits découverts partout en France et en Espagne. Pour 2018, j’ai décidé de franchir le pas du monde de la compétition! A travers mes articles je tenterais de te donner un max de conseils et te ferais partager mon expérience de la moto sur piste.
Laisser un commentaire