Conseils motoPiste et circuit

Conseils moto : pister sous la pluie

moto-racing-pro-sous-pluie

Hello à tous,

Au vu de la saison et de la météo actuelle – humide – un peu partout dans le pays, je me suis dit que te donner quelques tuyaux pour pister sous la pluie serait éventuellement le bon moment. 🙂

Le pistard est en général hydrophobe et appréhende la pluie comme un vampire au soleil. Le pistard scrute consciencieusement différents sites de météo des jours durant, avant sa date de roulage dans le but de recouper les prévisions et de jouer lui même le météorologue pour savoir s’il peut venir sereinement ou si ça sent pas bon….

Déjà, il faut savoir que les organisateurs de journées sur circuit ne remboursent pas les inscriptions en cas de pluie. (Cela peut être tout de même le cas, en cas de force majeure, neige ou verglas). Et ce n’est pas pour s’engraisser sur ton dos mais parce que :

  • Le circuit lui même ne leur rembourse pas la location de la piste pour la journée.
  • Il existe des moyens de rouler sous la pluie et même de s’amuser ! Si si !

Mais voilà, alors que faire si tu t’es gouré dans tes prévisions et que la pluie finit par arriver quand même dans le courant de ta journée ?

  • Option 1 : tu flippes pour ton intégrité physique et celle de ta moto et tu remballes fissa tes affaires pour rentrer chez toi (comme environ les ¾ du paddock dans ce cas de situation).
  • Option 2 : tu allumes un cierge pour que la pluie s’arrête puis tu patientes un peu pendant que la piste sèche. Parfois ça marche (si tu pries assez fort) !
  • Option 3 : tu prends ton courage à 2 mains et tu chausses ta moto de pneus pluie, tu met un K-way et tu vas rouler !

On va bien évidemment étudier l’option 3 aujourd’hui. 🙂

Et tout d‘abord on va parler de matériel et d’équipement.

Pour rouler sur piste mouillée, il te FAUT absolument des pneus pluie.

Sinon, soyons clair c’est quasi du suicide. Les pneus piste sportifs classiques ne pourront pas chauffer correctement et n’ont pas ou très peu de rainures servant à évacuer l’eau pour éviter l’aquaplaning. Je ne parle même pas des pneus slicks qui sont également totalement inadaptés aux conditions humides. Au contraire les pneus pluie sont très tendres, possèdent de profondes rainures et chauffent beaucoup mieux avec de basses températures. Ils ne sont par contre homologués que pour la piste.

 

Investir dans une paire de pneus pluie te permettra de profiter des journées quelles que soient les conditions météo ! Si un jeu de pneus pluie neuf n’est pas donné, il est possible d’en trouver facilement d’occasion en très bon état. Un pneu pluie bien utilisé et bien stocké peut durer très longtemps ! Par contre, attention, dès que la piste commence à sécher il faut impérativement arrêter de rouler avec, sous peine de les détruire en quelques tours de piste !

Le plus pratique est d’avoir cette paire de pneus pluie montée sur un jeu de jantes pour pouvoir changer rapidement selon la météo !

Ensuite, si tu as un K-way à enfiler par dessus ta combinaison, ça ne sera que mieux pour ne pas finir trempé de l’intérieur ! Il existe également des modèles de sur-combinaison racing pour la pluie, parfaitement adaptés.

N’oublie pas d’emporter une serviette et du rechange (sous-vêtements et même gants et/ou bottes si tu as).

Pour finir, lors de sessions sous la pluie, attention à la buée dans le casque ! Pour l’éviter, plusieurs solutions :

  • Maintenir légèrement la visière entrouverte avec un rislan pour laisser passer un peu d’air (attention au risque de pleurer dans ton casque). 😉
  • Le pinlock : cette lentille transparente qui se fixe à l’intérieur de la visière empêche la buée de se former. Par contre elle peut gêner le champ de vision vers le haut lorsqu’on est sur circuit.
  • Porter un masque antibuée, qui vous fera souffler l’air chaud vers le bas.

Et les réglages sur ma moto ? Est-ce que je dois changer quelques chose ?

L’équilibre de la moto reste le même, tu peux assouplir UN PEU le réglage des suspensions pour gagner en confort, mais pas beaucoup plus.

Maintenant que tu es équipé, quelle conduite à adopter sous la pluie et sur piste mouillée?

La règle d’or est de conduire tout en souplesse, fluide, sans à coup. Anticiper les changements d’angle, éviter de garder les freins trop sur l’angle, doser les gaz en sortie de virage… Et ça, c’est adopter et travailler un comportement qui te fera énormément progresser. Une fois que tu retourneras sur piste sèche tu verras la différence !

Ne roule SURTOUT pas sur les bandes blanches ou les vibreurs. La peinture est extrêmement glissante une fois mouillée et crois moi j’ai expérimenté la chose, c’est la glissade instantanée (et même si ta moto est droite) !

Exagère ton déhanchement pour prendre moins d’angle dans les virages et te garder plus de marge.

Tu verras au fur et à mesure des tours que les pneus pluie accrochent très bien, surtout à l’accélération et au freinage. Il est même possible de toucher le genou sous la pluie avec !

Et en général, lors des journées piste pluvieuses, la majorité des participants ne roulant pas, la piste se retrouve libre et tu peux profiter de bien plus de temps de roulage !

Alors la prochaine fois, plus d’excuse, jette toi à l’eau !

Charlotte
Charlotte
Ingénieure en informatique mais surtout motarde passionnée, cavalière, snowboardeuse et très sportive au quotidien! Je suis une hyperactive qui ne s’arrête jamais et ne lâche rien ! J’ai passé mon permis moto sur le tard, en Janvier 2014, et quelques mois après je découvrais la piste par curiosité lors d’une journée loisir avec ma première moto. Il aura suffit d’une fois pour que je devienne accro! Depuis, j’ai progressé participant à de nombreuses journées loisir, stages et coachings sur des circuits découverts partout en France et en Espagne. Pour 2018, j’ai décidé de franchir le pas du monde de la compétition! A travers mes articles je tenterais de te donner un max de conseils et te ferais partager mon expérience de la moto sur piste.
Laisser un commentaire