Conseils motoDébuter la moto

Comment bien rouler à moto en groupe

sortie-moto-en-groupe

Avec les belles journées de printemps qui reviennent, les groupes de motards sortent de leur hibernation (souvent forcée). C’est peut être ton cas mais attention, les balades en groupe font partie de ces moments motards très conviviaux mais qui peuvent vite se transformer en galère si on ne respecte pas quelques règles de base !

Alors on se pose ensemble (ça ne sert à rien s’il n’y en a qu’un qui connait les principes) et on lit ces quelques lignes de rappel sur les éléments à prendre en compte si tu ne veux pas t’entendre dire « plus jamais » à la fin d’une sortie en groupe !

Organisation de la sortie

Et oui, on s’organise avant de partir ! Savoir quel itinéraire prendre et qui se joint à la sortie sont de bons points de départ car en fonction des personnes qui viennent, le roadbook peut être amené à être modifié. En fonction de l’expérience de chacun, du type de motos, il est parfois plus prudent de réduire la balade de 50 km ou d’éviter le col escarpé. Si tu es toi-même l’organisateur de la sortie, assure-toi de connaitre tout le monde (on évite l’ami d’un ami d’un ami qui a passé le permis la semaine dernière, ce que tu ne savais évidemment pas…). Je te conseillerai même de limiter ton groupe à 6 voire 8 motos max. On avertit tout le monde du parcours prévu en amont et on demande à tout le monde de venir au point de rendez-vous avec le plein (et à l’heure !). Et en parlant de point de rdv, l’idéal peut être de justement se donner rdv à une station essence : elles offrent de la place pour se garer et on s’assure comme ça que tout le monde respecte la règle du plein !

Avant de partir, on vérifie que tout le monde ait bien le roadbook en tête et le numéro de téléphone de l’organisateur de la sortie (au minimum).

Avant d’enfourcher les motos, il peut être utile de faire un rappel des règles essentielles, alors on se regroupe et on s’assure d’avoir l’attention de tout le monde :

  • Ce n’est pas une course (sinon, donnez vous rdv sur un circuit),
  • Si le groupe à un niveau hétérogène, tout le monde n’est pas obligé de rouler au rythme du plus lent : fixez vous des points d’arrêts réguliers pour reformer le groupe mais on évite évidemment de laisser un motard seul !
  • Ce n’est pas grave si le groupe se sépare un peu, cela peut arriver quand les  dépassements ne sont pas aisés dans des routes sinueuses. Faites vos dépassements en sécurité, ceux de devant adapteront leur rythme s’ils ne voient plus personne dans leurs rétroviseurs, ou prendront de l’avance sur la commande de bière… Pardon Perrier-citron à la prochaine escale en haut du col pour peu qu’il n’y ait pas de changements de direction entre temps !
  • Dès qu’il y a des changements de direction justement, il faut que le groupe soit bien formé pour éviter de perdre un(e) copain/copine en route. Si tu es le leader, c’est toi qui dois t’assurer que tout le monde part dans la bonne direction, mais c’est aussi le rôle de chacun de regarder dans son rétroviseur pour voir si le copain suit.
  • On signale tous ses changements de direction ou intentions de dépasser en mettant son clignotant !

Prêt à partir, les derniers conseils 

  • La position de chacun

Tout le monde a le plein ? Alors on définit l’ordre des motos avant de démarrer. En premier, l’organisateur bien sûr, celui qui connaît la route ou qui a la meilleure couverture 4G pour suivre sur son GPS l’itinéraire pré-enregistré ! L’idéal est d’avoir une sacoche de réservoir qui permet de mettre en évidence une carte routière, itinéraire Google maps ou qui permet de regarder le GPS de son téléphone (à défaut d’un support sur le guidon).

Bref, on met quelqu’un de responsable qui à l’âme d’un chien de berger qui veut ramener son troupeau entier au point de départ et pas celui qui voudrait transformer la balade en Tourist Trophy ou qui ne pourra pas résister à aller taquiner le pilote qu’il croisera (voire pire : qui le doublerait !) sur la route.

En deuxième position, l’idéal est de mettre la personne la moins expérimentée si tout le monde est prêt à adapter son allure à la sienne. Sinon, vous pouvez mettre le/la padawan du groupe en avant dernière position pour peu qu’un Jedi reste avec !

Vous pouvez aussi réfléchir à mettre la moto qui a le moins d’autonomie en deuxième position, comme ça pas besoin de tenter de faire passer le message de l’arrêt urgent à la pompe de la fin de la file jusqu’au premier !

Le dernier, ou serre-file, doit être expérimenté et pouvoir remonter aisément au devant du groupe si toutefois il y avait un problème.

Pour les autres positions, faites comme vous le sentez !

  • Communication

Vous pouvez vous mettre d’accord sur quelques signes qui vous permettront de communiquer en roulant : une jambe tendue, qui en plus de dire merci aux automobilistes qui vous auront laissé passer, pourra avertir de quelque chose sur la route (nid de poule, graviers…), un poing levé pour signifier un arrêt, le pouce en l’air qui descend en direction de votre réservoir pour mentionner le besoin de faire le plein, le pouce en l’air qui va en direction de votre bouche pour mentionner votre besoin de faire un autre type de plein…

Si vous possédez des Intercoms, c’est l’idéal ! Il faudra bien les appairer avant de partir et comme cela, vous pourrez profiter des frayeurs de certains, des énervements des autres vis-à-vis des automobilistes, des chansons qu’untel aime fredonner… Mais surtout vous prévenir des dangers, vous mettre d’accord facilement sur un arrêt à venir ou communiquer différents besoins sans faire l’indien sur la moto.

Les règles de conduite

Et bien sûr, on explique ou ré-explique les règles de conduites à tenir sur la route… A savoir :

  • En ligne droite

Rouler en groupe implique de modifier son comportement routier habituel pour optimiser la sécurité. Lorsque vous circulerez en ligne droite, il faudra vous placer en quinconce. C’est-à-dire que le leader va se placer à gauche de la route, le deuxième à droite, le troisième à gauche, et ainsi de suite ! Cela vous permet de rouler regroupés tout en assurant une bonne visibilité à chacun et garantir une distance de freinage appropriée en cas d’urgence (pas besoin d’éviter le motard qui nous précède directement).

  • Dans les virages/courbes

Lorsque vous amorcerez un virage ou une courbe, si le rayon de courbe n’est pas trop serré vous pourrez garder votre formation en quinconce. Toutefois, une courbe possède une trajectoire idéale (sans pour autant prendre le bas-côté pour un vibreur…) qui peut vous amener à casser la formation le temps de passer la courbe. Et si les virages serrés s’enchainent, vous pouvez rouler en file indienne mais en maintenant une distance de sécurité conséquente. Quoiqu’il en soit, ne roulez pas trop près de la bande centrale si vous êtes sur une route sinueuse, cela vous évitera de voir d’un peu trop près la plaque d’immatriculation du véhicule arrivant en face qui aurait mal négocié son virage…

  • Lors des dépassements

Vous allez surement être contraints de dépasser d’autres véhicules sur la route, la règle ici est de respecter sa position dans le groupe et d’effectuer les dépassements un par un, à tour de rôle. Je parle bien évidemment ici des dépassements autorisés, vous savez, ceux que l’on fait quand il y a une ligne pointillée au sol !

Je plaisante mais, d’autant plus sur une route que vous ne connaissez pas, respectez bien les marquages au sol. J’ai déjà vu des motards doubler sur ligne blanche et se retrouver face à un terre-plein central qui les a contraints à rouler sur la voie d’en face. Et pour continuer dans le partage d’expérience, j’ai déjà perdu 3 points pour une ligne blanche en dépassant une voiture qui se garait à deux à l’heure au sommet d’un col… Donc, on tache de garder tous ses points, on évite le « Si, si, ça passe à deux motos si je mets un bon coup de gaz » qui pourrait se transformer en « Si ça passait c’était beau ! » et seulement un rétro en moins si c’est ton jour de chance.

Chaque motard dépasse donc en attendant son tour et surtout en attendant que le motard précédant ait terminé son dépassement. Lors des dépassements, la formation en quinconce est forcément rompue car chaque motard qui s’apprête à doubler doit se déporter sur la gauche de la route pour avoir la visibilité nécessaire pour engager son dépassement.

Pour rappel, il est toujours conseillé d’attendre de bien se faire voir dans le rétroviseur du conducteur que vous allez doubler avant d’amorcer le dépassement. Si vous voyez que ce conducteur à l’air plus occupé par sa notification de nouveau SMS sur son téléphone que par la route, attendez un peu pour éviter de vous faire surprendre par un écart de sa part… Et si vous avez un pot d’échappement qui fait du bruit, un petit coup de gaz peut le ramener à la raison ! Une fois le véhicule dépassé, il est important de ne pas réduire sa vitesse afin de laisser la place de se rabattre au motard suivant. Puis il faut rependre le placement en quinconce jusqu’au prochain virage ou dépassement.

Un vrai ballet routier gage de votre sécurité !

Vous avez tout lu jusque-là, bravo, vous la méritez votre balade ! En appliquant ces principes plein de bons sens, vous vous assurez que tout le monde passe un bon moment, et c’est bien ça le but recherché, non ?

Lucile
Lucile
Passionnée de 2 roues depuis ma plus tendre enfance, j’ai passé mon permis gros cube à 21 ans et écumé les routes de ma Haute-Savoie natale et alentours pendant plus de 10 ans avant de me résoudre à un constat réaliste : essayer de prendre les points de corde sur route est un jeu dangereux pour lequel les cartes "chance" distribuées sont limitées... C’est ainsi que je me suis retrouvée sur piste en 2013 avec mon conjoint lui aussi passionné ! Et autant vous dire que le virus a vite pris et c'est même transformé en passion commune !!! Aujourd’hui ma pratique de la moto se limite à la piste en roulages libres et également compétitions, tout en restant une adepte du 2 roues pour les déplacements pro… Mais en scooter ! A travers mes articles, je tacherai donc de mettre à profit mes compétences de professeur (mon métier) et de motarde/pistarde au service d’articles variés pour te partager mes expériences, connaissances, conseils et astuces !

1 commentaire

  • Bonsoir, hormis toutes les règles de sécurité auxquelles j’adhère, en terme d’organisation la meilleure façon de rouler en groupe pour moi s’appelle le tiroir, elle nous vient de l’enduro et je la pratique depuis plus de 10 ans sans problème même avec des groupes hétérogènes. Voici son principe : Le premier est celui qui connait le parcours et qui l’a, si possible, repéré. Le dernier ou serre file est clairement identifié par tout le groupe, il peut porter un signe reconnaissable par tout le monde. A chaque carrefour significatif ou changement de direction le premier place le deuxième qui s’arrête jusqu’à l’arrivée du dernier, et redémarre devant lui. L’avantage principal de ce principe est que chacun peut rouler à son rythme entre le premier et le dernier, pas besoin de suivre celui qui est devant et qui roule trop vite, pas besoin de faire des pointes de vitesse pour récupérer ceux qui sont devant après un dépassement difficile, de toute façon vous savez qu’au carrefour suivant il y aura quelqu’un pour vous indiquer la bonne direction. celui qui roule plus vite que les autres s’arrêtera plus souvent. Et en cas de panne le premier se retrouvera sans deuxième, donc il saura qu’il se passe quelque chose et fera demi tour en récupérant tout ceux qui sont en poste aux carrefours. Voilà ! j’ai utilisé cette méthode avec des groupes de 30 motos sur 250 km dans une journée et personne ne s’est perdu.

Laisser un commentaire